L’art de rêver ou rêver en couleur

Dans la forêt en flanc de montagne en Malaysie, le peuple Senoi a développé une théorie des rêves qui fait réfléchir. On dit d’eux qu’ils figurent parmi les peuples les plus heureux et en meilleure santé dans le monde. Leur philosophie de contrôle et d’utilisation des rêves en serait la source. La doctorante Patricia Garfield, autorité internationale sur les rêves, décrit dans son livre Creative Dreaming que les rêves au sens le plus significatif pour la communauté Senoi sont adoptés comme project collectif.

 L’artiste peintre émergente Eve Picher a également poursuivi un projet apparu premièrement dans ses rêves. Originaire de Montréal, l’artiste de trente-trois ans a réalisé il y a un peu plus d’un an que la campagne de l’Estrie s’était glissé dans ses rêves. Constamment en dialogue avec ses rêves, Picher n’a pas pris ce message à la légère. « Déménagement et toute le kit! (…) mais je me sens comme si j’y ai toujours été. ». Destinée ou hasard?, Picher sait injecter de la réflexion philosophique dans tout ce qu’elle fait. A Magog me raconte-t-elle, elle peut retourner à l’essence en s’imminiscant dans l’énergie que lui procure la nature qui l’entoure. Elle loue le haut d’une maison pas toutafait construite. Quand elle me raconte qu’elle doit encore laver sa vaisselle dans le bain car son robinet de cuisine n’a pas encore été posé, je suis étonnée, mais, ça ne la dérange pas trop, me dit-elle, elle a toute la lumière et l’espace dont elle a besoin. Bien plus que dans le charmant mais petit appart encombré de toiles qu’elle avait quand elle vivait encore à Montréal.

Picher peint depuis qu’elle est toute petite, elle est passée par plusieurs phases en son temps. Certaines où elle était plutôt « dark », d’autres où elle doutait vraiment de devenir peintre un jour. Quand je l’ai rencontré dans le café de quartier à Côte-des-Neiges, où nous travaillions pour poursuivre nos rêves (de gloire…), je n’en revenais pas qu’elle n’aimait pas trop la musique, ou en tout cas, pas mon groupe préféré, et bien lugubre, Portishead. Néanmoins, ce qui se cachait derrière ses opinions fortes était une détermination que j’ai rarement eu l’occasion de voir. En domptant la Eve, au petit côté sauvage, je découvrais un monde de beauté et de finesse.

 « Et tes rêves maintenant? », je lui demande. Ses rêves sont comme un guide dans la nature. Ils s’échelonnent en cycles. Parmi ceux-ci, le cycle qu’elle appelle « lézard » revient fréquemment. « Lézard parce que ça réfère au cerveau reptilien », me dit-elle, la partie la plus lente et tranquille de notre être. Durant un cycle lézard, sa peinture sera l’empreinte d’un état d’âme des plus détendus. Catégoriser ainsi ses rêves en cycles lui permet d’instorer une logique dans un processus d’une grande complexité.

 A différence de Giorgio de Chirico dont les tableaux « semblent être des transpositions des rêves » (Paul Fuks), Eve ne fait pas de l’art conceptuel. Originalement, elle a étudié en massothérapie, en reiki et en théâtre. Des disciplines très différentes de la peinture, mais il reste que le rapport sain à son corps qu’elle a développé par le passé, est fondamental pour la peinture de Picher. Tout comme l’est l’idée de prendre des risques. Pour elle, une femme réservée, exposer par la peinture ce qui la passionne, la tourmente et la fait rire, c’est difficile à décrire. En quelque part, me dit-elle « c’est comme faire une photocopie de mon état de conscience ». Sa peinture révèle ainsi comment elle oscille entre un territoire connu et des sensations embryonnaires. C’est sa façon de toucher à l’onde alpha.

 Lors du rêve éveillé, trouver un état de relaxation qui s’apparente au sentiment qu’on a juste avant de s’endormir est la définition littérale de l’onde alpha. Francine Labelle, professeur d’arts visuels à l’Université Concordia, m’instruit davantage; que ce soit des enfants avec leurs jardins secrets, une personne qui jouit pendant l’amour ou une artiste qui fabule devant sa toile, l’onde alpha a cette capacité rare d’injecter de la poésie dans la vie. D’ailleurs, selon elle, quand le professionnel achète un tableau pour le mettre dans son salon, c’est qu’il recherche cette magie.

 Magie comme dans coup de foudre? Certes, « ce qui me touche le plus quand quelqu’un achète une de mes œuvres, c’est les coups de foudre », me confie Eve, sourire en coin. On ne peut pas expliquer pourquoi on aime l’onde alpha, mais ça attire. En parlant de l’artiste, Labelle m’explique que Picher a une capacité de concentration qui transmet ses voyages en onde alpha comme peu de gens. Lorsque la jeune artiste suivait des cours à son atelier, un souvenir clair est d’« Eve, je l’ai vu partir en transe dessiner des reflets dans l’eau ». Transmettre l’énergie qui la possède lorsqu’elle peint est donc inhérent au processus créatif de Picher. Quand elle se place devant son chevalet, c’est parce qu’une boule d’énergie est venue la chercher. Comme elle dit, « C’est un sentiment difficile à décrire mais je dois l’écouter sinon je ne peux pas m’endormir. ». Parfois, au milieu de la nuit, elle se lève pour donner cours à son pinceau. Une fois son « désir inébranlable d’apparaître » apaisé, elle se recouche plate comme une crêpe dans son lit, prête à rêver de nouveau de ce qui viendra demain. Ses peintures ne reproduisent pas les personnages ou lieux de ses rêves. Elles en sont la métaphore des sentiments qu’elle y ressent.

Peindre en onde alpha permet de continuer à rêver en peignant pour générer à son tour, plus d’énergie. Il peut être décourageant pour les artistes expérimentaux comme Picher et Labelle de savoir que seulement les plus aisés ont la chance d’être exposés à leurs peintures vivantes. Plutôt que de« convertir les convertis », Labelle voit dans la peinture inspirée par l’onde alpha le potentiel de donner à l’artiste une énergie supplémentaire. Énergie pour militer, pour agir, l’énergie pour la vraie vie en fin de compte.

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s